Nous contacter
  • 03.29.52.39.35
  • fv88sddv@laposte.net
  • Maison de la solidarité,
    26 Rue de l'Amérique
    88100 Saint-Dié-des-Vosges
Formulaire de contact
Horaires d'ouverture
FRANCE VICTIMES 88 vous accueille sur RDV.

Le standard téléphonique est ouvert:
Lundi : de 13H30 à 16H30

Mardi : de 13H15 à 16H30
Mercredi : de 8H30 à 12H45
Jeudi: de 9h à 12h et de 13H30 à 16H30
vendredi: de 8H30 à 12h


 
6821 visiteurs
Image

Le stage de citoyenneté

Création

Le stage de citoyenneté a été mis en place par la loi du 9 mars 2004 portant adaptation de la justice aux évolutions de la criminalité (entrée en vigueur le 1er octobre 2004) et est prévu aux articles 131-3 et 131-5-1 du Code Pénal.
Le décret du 17 septembre 2004 a précisé l'objet et la durée du stage, son organisation ainsi que son déroulement, précisions que l'on retrouve aux articles R131-35 et suivants du Code Pénal.


Qualification juridique

Le stage de citoyenneté peut revêtir plusieurs qualifications :
  • peine alternative à l'emprisonnement (article 131-5-1 CP)
  • peine complémentaire correctionnelle pour certains délits, notamment lorsqu'il existe la circonstance aggravante de racisme.
  • peine complémentaire contraventionnelle (article 131-16 CP)
  • obligation spécifique d'un sursis avec mise à l'épreuve (article 131-45 18° CP)
Ce stage peut en outre être envisager comme une mesure alternatives aux poursuites ou dans le cadre de la composition pénale (articles 41-1 et 41-2 du CPP)


Objectif

Selon l'article R131-35 CP, le stage de citoyenneté à pour objet de rappeler au condamné les valeurs républicaines de tolérance et de respect de la dignité humaine et de lui faire prendre conscience de sa responsabilité pénale et civile ainsi que des devoirs qu'implique la vie en société. IL vise également à favoriser son insertion sociale.


Personnes visées par cette peine

Le stage de citoyenneté constitue une sanction pénale applicable aux mineurs de 13 à 18 ans ainsi qu'aux majeurs auteurs d'une infraction.


Organisation

Le stage est organisé en sessions collectives, composées de modules de formation adaptés à la personnalité des condamnés et à la nature de l'infraction commise.
Sa durée est fixée par la juridiction en tenant compte des obligations familiales, sociales, professionnelles ou scolaires du condamné, mais ne peut excéder 1 mois. La durée journalière de formation est limitée à 6 heures.
Les frais de ce stage ne peuvent excéder le montant prévu pour une contravention de 3e classe. Ces frais peuvent être à la charge du condamné.
Le non respect de ce stage est puni de 2 ans d'emprisonnement et de 30 000 euros.


Déroulement

Le stage de citoyenneté ne peut être prononcé sans l'accord du condamné, ni en son absence à l'audience.
Les stages sont mis en oeuvre sous le contrôle du délégué du procureur de la République du lieu d'exécution de la peine.
Le contenu du stage fait l'objet d'un projet élaboré par l'autorité chargée du contrôle de sa mise en oeuvre.
Le projet est ensuite validé par le procureur de la République après avis du président du Tribunal de Grande Instance.
Un entretien préalable au déroulement du stage permet au service chargé de sa mise en oeuvre d'exposer les objectifs de cette mesure au condamné.

En 2015 un stage de citoyenneté à été organisé, 11 personnes dont deux femmes ont participé à ce stage.